Histoire de la truffe dans le Berry

On trouve les premières traces écrites sur la truffe dans un texte sumérien vieux de près de 4000 ans. Les Romains furent également en leur temps très friands de truffes. C’est au 19è siècle que la truffe atteint sa plus grande renommée et connaît alors son apogée. Enfin cuisinée pour elle-même et pour son parfum délicat, elle est de tous les menus. En 1873, la récolte française est énorme : elle atteint annuellement environ 1600 tonnes, elle est produite par les Basses Alpes, la Drôme et le Quercy. En 1890, on compte 75000 hectares plantés en chênes truffiers. Le 20è siècle voit la décadence de la truffe. La production va en effet connaître un déclin catastrophique avec la Première Guerre mondiale : manque de main-d’œuvre, interruption des marchés, chute du cours de la truffe…Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la production nationale annuelle est passée à 30 tonnes. Contrairement aux idées reçues, la truffe existe en Berry depuis le Moyen-Age. En 1370, le Duc de Berry s’en fit porter au château de Vincennes où il était en voyage. En 1860, 5 tonnes de truffes melanosporum sont produites dans le Berry. Son cycle de vie révèle la plupart de ses secrets et les premières truffières artificielles (plantation de chênes par l’homme) voient le jour. Depuis une vingtaine d’années, la trufficulture est repartie grâce à la mise au point de la mycorhisation de jeunes plants de chênes. Ces plants mycorhizés avec Tuber Mélanosporum permettent de créer de nouvelles truffières dans les sols propices. 

Truffe p1